adesso.png

Adesso

une ballade italienne

MARTINE-GABRIELLE KONORSKI

Isbn 9782919582297 – 2021 – 52 pages – 11 €

à paraître

Après plusieurs recueils de poésie, Martine-Gabrielle Konorski compose ici une ballade qui nous entraîne le long de rivages italiens que connaissait bien Pier Paolo Pasolini – un vagabondage constitué d’instantanés en prose, ancrés dans un ici topographique et un maintenant (cet « adesso » italien) qui renvoie aussi à celui de l’écriture et au « présent qui s’accumule » de René Char. À partir de ces textes-fragments s’ébauche une succession d’évocations brèves, de sensations, de personnages et d’atmosphères, de paysages et de saveurs : cet ensemble procède sur un mode impressionniste, par la mise en scène de séquences presque cinématographiques qui sans cesse oscillent entre le tangible et l’insaisissable.

*

 

C’est une langue de terre rouge dans les figuiers de barbarie.

L’île semble vidée de ses habitants. Un muret – prêt à s’effondrer – borde les eaux turquoise, parfois violettes, dans la nuit approchante. C’est la plus vieille plage de ce pays des Dieux. Ariane trace son ombre sur les toits de l’angoisse d’où les enfants jettent des pierres blanches.

La poésie accompagne Martine-Gabrielle Konorski depuis toujours : « Elle s’est imposée à moi, entre lumières et ombres, et c’est dans le brasier des mots que se construit mon chemin. » Son parcours d’écriture a été déterminé par ses rencontres avec Vicky Messica, homme de théâtre et comédien-poète, qui dirigeait le théâtre Les Déchargeurs (Paris), ainsi qu’avec Bruno Durocher, éditeur-poète et fondateur des éditions Caractères. En 2018, elle a créé, au théâtre Les Déchargeurs, le spectacle Accords, qui fait dialoguer ses textes et la musique de Federico Mompou. En mars 2020, le recueil Bethani a également fait l’objet d’une création pour percussions et voix au théâtre du Nord-Ouest (Paris). Martine-Gabrielle Konorski est aussi administratrice de l’Union des Poètes & Cie et membre du comité de rédaction de la revue Les Carnets d’Eucharis – à laquelle elle contribue au travers de nombreux articles, portraits (sur Kathleen Raine, Marina Tsvetaïeva, Anne-Marie Schwarzenbach, Alberto Giacometti, Clarice Lispector...) et entretiens (avec Michèle Duclos, André Markowicz, Esther Tellermann...). Quelques livres sont traduits en anglais et en italien, et certains poèmes en polonais ; d’autres poèmes sont publiés dans différentes anthologies (dont l’Anthologie Terres de Femmes, 2015, Le livre Parlé, Unicité, 2019, et L’Athanor des Poètes, Le Nouvel Athanor, 2021). Chevalier dans l’Ordre National du Mérite, elle a mené une carrière internationale dans la communication en France et aux États-Unis, après des études supérieures de droit, d’anglais et de sciences-politiques.

MartineK.jpg

bibliographie

Sutures des Saisons, Éditions Caractères, 1987.

Je te vois pâle… au Loin, préface de Jean-Luc Maxence, Le Nouvel Athanor, 2014. « Prix Poésie Cap 2020 ».

Une Lumière s’accorde, préface d’Angèle Paoli, postface de Claudine Bohi, Le Nouvel Athanor, 2016.

Bethani, suivi de Le Bouillon de La Langue, préface d’Emmanuel Moses, Le Nouvel Athanor, 2019.

Et si c’était Là-bas, avec la peintre Myriam Boccara, Les Cahiers du Museur, collection À Côté, 2020.

Instant De Terres, préface de Nathalie Riera, L’Atelier du Grand Tétras, 2021.

Bandes d’artistes, en collaboration avec C. Valke, Lieux Dits, 2021.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Martine-Gabrielle_Konorski

https://www.martinekonorskipoesie.com